Venant d'une famille de la grande noblesse militaire Prussienne, il passe une grande partie de sa vie dans l'armée et finira au rang de maréchal. Son père et son frère étaient dejà des officiers. Dès l'arrivée de Hitler au pouvoir, von Rundstedt ne se mélange pas aux Nazis, il n'aime pas leurs méthodes brutales et leur indicipline. Il n'aime guère Hitler qu'il surnome en privé "le caporal de Bohème". Prenant part aux combats sur le front de l'Est, il critique sans cesse la façon dont Hitler mène la guerre, ce qui lui coûte son renvoi à plusieurs reprises pour attitude défaitiste. Il est toujours réintégré pour ses qualités de stratège. Nommé aux fortifications du mur de l'Atlantique, von Rundstedt se sent humilié lorsque Rommel (pourtant sous ses ordres) arrive en 1943, avec une totale confiance du Führer pour l'avancement des travaux. Ce qui déplait fortement  au vieux feldmarechal, c'est que Rommel doit faire ses rapports directement à Hitler. Les deux officiers n'ont pas la même vision des choses, Rundstedt était partisan de laisser l'ennemi prendre pied pour l'anéantir ensuite, Rommel, lui, combattait énergiquement cette théorie. Il soutenait qu'il fallait tout faire pour refouler les envahisseurs, avant qu'ils ne puissent prendre pied et les battre lorsque leurs bases étaient faibles.  

  Après le débarquement de Normandie, von Rundstedt, pressa le Führer d'entâmer des négociations de paix avec les Alliés et lorsqu'il émit un souhait de retraite des troupes, Hitler furieux, le fit remplacer par le feldmarechal Hans Günther von Kluge. Outragé par les actes de trahisons envers Adolf Hitler, des conjurés du complot du 20 juillet 1944, il siégea dans la cour d'honneur de l'Armée, aux côtés du feldmarschall Wilhelm Keitel et du général Heinz Guderian. En août 1944, le front de von Kluge s'effrondre et von Rundstedt fut rappelé à son poste de commandement à l'ouest. Après l'échec des Alliés lors de l'opération Market Garden ( Pays-Bas septembre 1944), Hitler lui ordonna de reprendre immédiatement Anvers, mais von Rundstedt échoua devant Bastogne. En mars 1945, il est démis de son commandement.

  Capturé par les Américains le 1er mai 1945, il fut admis dans un hôpital britannique, après une crise cardiaque. Soupçonné mais jamais jugé, il fut relâché en juillet 1948. Retrouvant la liberté le vieux maréchal s'installa à Hanovre, où il s'éteint le 24 février 1953.

 

8

Von Rundstedt en 1897 avec le grade de lieutenant. (Bundesarchiv)

1

Karl-Rudolf-Gerd von Rundstedt 1875-1953. (Bundesarchiv).

2

 Le général von Rundstedt à gauche en 1934. (Bundesarchiv).

3

  France juin 1940, von Rundstedt avec le général Maximilian von Weichs. (Bundesarchiv).

4

Von Rundstedt en Russie en 1941, pendant une visite d'Adolf Hitler et Bénito Mussolini. (Bundesarchiv).

 

9

L'officier (3e à gauche)) sur la plage de Dieppe en 1942. (Bundesarchiv)

12

Rommel en visite de courtoisie au QG de von Rundstedt à Saint-Germain-en-Laye. (Bundesarchiv)

10

Janvier 1944, visite d'inspection de la 12e SS-PzDiv "Hitlerjugend". (Bundesarchiv)

 

 

 

5

Avril 1944. (Bundesarchiv).

11

Von Rundstedt avec son fils Hans (1903-1948) lui aussi officier dans un camp de prisonnier en 1945.

6

L'ancien feldmarschall lors du procès de Nuremberg. Soupçonné de crimes de guerre sur le front de l'Est il ne fut néanmoins jamais poursuivi par la justice militaire.