Apparu en 1942, ce char d'assaut lourd allemand restera en service jusqu'en 1945. Il est très peu produit à l'inverse des T-34 soviétiques ou les Sherman américains. Ses lignes carrées, sa résistance au combat et ses équipages ont été souvent mis en avant par la propagnande nazie.

  Developpé à partir de 1937, il fait sa première apparition sur le front de l'Est le 29 août 1942 près de Leningrad. Premier char à être techniquement le plus avançé de tous les autres blindés de l'Axe, il affiche néanmoins une mobilité limitée pour un poids bien supérieur à ses prédécesseurs et ses adversaires. Mais ce char lourd outre sa  production faible, à toujours pâti au cours de son existence de problèmes de sa mécanique fragile, ce qui réduit considérablement sa disponibilité au combat et qui avec sa faible autonomie et son poids exessif compliquait sa mise en oeuvre opérationnelle. Sorti à seulement 1 350 exemplaires le Tigre I n'a été que peu endivisionné, mais plutôt utilisé dans des unités indépendantes.

  Quelques division seulement recevront des Tigre: la SS-Panzerdivision "Leibstandarte Adolf Hitler", la SS- Das Reich ou la SS-Totenkopf disposent en 1943 d'une Kompanie de Tigre chacune. Elles serviront de base à la formation des Schwere SS-Panzer Abteilungen (101, 102 et 103) en 1944. Du côté de l'armée de terre allemande la Grossdeutchland dispose d'une Kompanie de Tigres en 1943 et la Panzer-Lehr de quelques chars lors de son engagement en Normandie.

  Engagés la première fois sur l'ordre du Führer sur le front de Leningrad au sein de la Scwere Panzer Abteilung 502, les espoirs placés en eux sont rapidement déçus. Celà s'explique par un manque de préparation des équipages et des chars ajoutée à une évolution sur un terrain défavorable.

  Pendant la campagne de Normandie, un bataillon de 45 Tigres fut entièrement perdu, les blindés ayant été détruits ou abandonnés par les équipages à la suite d'attaques aériennes, des pannes d'essence ou des problèmes mécaniques. un des tankistes allemands le plus connu reste sans nul doute le capitaine Michael Wittmann qui à lui seul avait détruit 138 blindés et canons d'assaut ennemis, dont 117 avant d'arriver en Normandie.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES:

  Utilisation : Char lourd.

  Pays D'utilisdation: Allemagne nazie.

  Conflit : Seconde guerre mondiale.

  Concepteur : Henschel (caisse) et Krupp (tourelle ).

  Année de conception : début 1937.

  Constructeur : Henschel (assemblage final).

  Production : Avril 1942, août 1944.

  Unités produites : 1350 + 4 prototypes.

  Equipage: 5 hommes.

  Longueur : 8,24m.

  Largeur: 3,73m.

  Hauteur : 2,88m.

  Masse au combat : 56,9 tonnes.

  Blindage : 25 à 110mm.

  Arment principal : 1 canon de 8,8cm Kwk 36 L/56. avec 92 coups.

  Arment secondaire : 2 à 3 mitrailleuses MG 34 de 7,92mm avec 5700 coups.

                                  Lannceur de grenades/mines, fumigènes sur les anciens modèles.

                                  Lanceur de bombes sur les derniers.

  Motorisation : Maybach HL 230 P-45  V-12 essence à refroidissement à eau.

                        Cylindré 23,8 litres à 700ch.

  Suspension : Galets imbriqués axés sur barre de torsion.

  Vitesse : 38km/h sur route et 20 en tout terrain.

  Autonomie : 170 à200 sur route et 60 à 120 Km en tout terrain.

 

 Tigre-1

                      Char Tigre du Schwere SS Panzer Abteilung 101. (Bundrearchiv).

 

                 tiger1c

      Un soldat britannique examine un Tigre abandonné dont une des chenilles est manquante.

 

                 tiger1

Tigre I de la 1ere SS-PzDiv Leibstandarte Adolf Hitler dans le secteur de Villers-Bocage en juin 1944. (Bundesarchiv).

 

        Bundesarchiv_Bild_101I-461-0213-34,_Russland,_Panzer_VI_(Tiger_I)_wird_aufmunitioniert

Ravitaillement en obus de 88mm pour ce Tigre du Schwere Panzer Abteilung 502, dans le secteur du lac Ladoga en 1943. (Bundesarchiv).

        TigerITankTunis    

Tigre I du Schwere Panzer Abteilung 501, capturé par les Américains dans la région de Tunis en 1943. (US Army Public Domain). 

Char Tigre de Vimoutiers

Ce char Tigre à été abandonné par son équipage sur la RD 979 à Vimoutiers (Orne) le 19 août 1944, construit en mai 1944 c'est un des rares encore présent de nos jours, le seul autre exemplaire en France est visible au musée des blindés de Saumur. Abandonné sur la route il fut poussé dans le fossé par un bulldozer américain pour libérer le passage, il se trouvait sur une pente raide et les férailleurs n'arrivant pas à l'extraire ont simplement récupérés le moteur et la boite de vitesses. Resté sur place pendant 30 ans la commune décida de l'acquérir et il fut inscrit à titre d'objet aux Monuments Historiques en 1975. Détérioré par le temps la commune à lancé un appel aux dons pour sa restauration. (Photo Daniel*D).

               Bundesarchiv_Bild_146-1983-108-29,_Michael_Wittmann

Capitaine Michael Wittmann de la 1ere SS-Panzerdivision "Leibstandarte Adolf Hitler" un des chefs de char le plus décoré de l'armée allemande. Audacieux et téméraire il n'hésite pas de se porter au-devant de l'ennemi, il détruit plus d'une centaine de chars et canons soviétiques sur le Front de l'Est. Engagé aux côtés de la division Panzer-Lehr, il récidive le 13 juin 1944, à Villers-Bocage, où il charge seul avec son Tigre une colonne de blindés britanniques. Cette action stoppe un premier mouvement vers Caen. Il trouve la mort avec son équipage le 8 août 1944, pendant l'opération alliée "Totalize" lorsque la tourelle de son Tigre est arrachée par un obus tiré par un Sherman Firefly dans le secteur de Cinthaux. Les corps des cinq hommes seront ensevelis près de l'épave du char mais jamais répertoriés sur aucun document. ils seront exhumés par hasard par des ouvriers du génie civil en 1983. Michael Wittmann repose désormais dans un carré de tombes regroupant ses cinq camarades dans le cimetière militaire allemand de La Cambe en Normandie. (Bundesarchiv).