La plage de Juno est située entre Sword et Gold Beach, elle s'étend depuis Saint-Aubin-sur-Mer à l'Est à mi-parcours entre les villages de La Rivière un hameau à l'Est de Ver-sur-Mer et Courseulles-sur-Mer à l'Ouest. Contrairement aux autres plages elle n'a pas de grosses batteries lourdes, mais de petits ouvrages pour des    canons anti-chars et mitrailleuses souvent construits sur la digue, afin de prendre la plage en enfilade. La mission de la 3e division d'infanterie canadienne du général Keller consiste à enlever ces positions, soutenue par des chars de la 2e brigade blindée et sera appuyée sur sa gauche par le 48e Commando de Royal Marines britannique. L'approche de la plage est rendue délicate par la forte houle, qui retarde les Canadiens, ceux-ci arrivent vers 8 heures à marée montante, et beaucoup d'embarcations sautent sur les mines fixées sur les obstacles recouverts par    l'eau montante. Le feu des défenseurs allemands est nourri. Le retard de l'arrivée des chars laisse l'infanterie livrée à elle-même qui subi de lourdes pertes, mais malgrès tout elle parvient à enfoncer les défenses les réduisant au silence. Les fantassins aidés des chars, commencent la tâche ardue du nettoyage des villages, L'étroitesse des rues souvent parsemés    d'onstacles rend très difficile la manoeuvre des blindés. De plus le tir des snipers et de quelques poches de résistances ralenti la progression, provoquant parfois des engorgements jusque    sur la plage réduite du fait de la marée montante. Bientôt celle-ci sera encombrée de matériel lourd.

Pourtant sans attendre, les éléments de pointe ont commencé à pénétrer à l'intérieur des terres, et s'emparent de Sainte-Croix, Reviers,Tailleville, Beny, Basly,  Pierrepont... Les blindés du Fort Gary Horse élargissent la tête de pont.
En fin de journée plus de 21 000 hommes ont débarqués et les Canadiens tiennent une solide tête de pont d'une douzaine de kilomètres de    profondeur. En revanche, ils n'ont pas atteint la RN 13 et l'aérodrome de Carpiquet à L'Ouest de Caen, mais ils en sont en vue. Sur le flanc droit la jonction avec les Britanniques venant de Gold    Beach est réalisée. Par contre à l'Est de Langrunes où les combats continuent toujours à la nuit tombante, un couloir resté aux mains des Allemands, les séparent encore des forces arrivant de    Sword Beach. Au soir du 6 juin, deux groupes de chars du 1er Hussars atteignent la route Cean-Bayeux, mais sont contraints de se replier, l'infanterie n'avait pas suivi, non sans avoir    infliger de fortes pertes aux Allemands. Des éléments de la 9e brigade le North Scotia highlanders et le Sherbrooke Fusiliers Régiment, maintenus en reserve jusque là, percent vers le  Sud et se concentent à l'approche de la nuit à quelques kilomètres de Caen. Les pertes canadiennes s'élèvent à 340 tués et 739 disparus.

 

                              Keller

      Le major-général Rodney Frederick Leopold Keller, commandant la 3rd Infantry Division canadienne.

                      convoi

                          Convoi en route pour Juno Beach. (National / Archives Canada).

           houle

          Des troupes canadiennes en route pour Juno sont malmenées par une forte houle.

 

           stormont dundas abd glengarrian highlandres rgt bernières

Des hommes du Stormont Dundas and Glengarrians Highlanders Regiment de la la 3rd Infantry canadienne descendent des barges de débarquement devant la plage de Bernières-sur-Mer.

 

            Couseulles

Des blindés abordent sur la plage de Courseulles-sur-Mer, déjà bien encombrée.(Library and Archives Canada)

 

            Regiment de la Chaudière à Bernières

                    Des éléments du Regiment de la Chaudière sur la plage de Bernières.

 

           Saint-Aubin

              Des troupes canadiennes font mouvement sur la plage de Saint-Aubin-sur-Mer.

 

            Keller 2

Pendant la journée du 6 juin le major-général Keller s'entretien avec des hommes du Queen's Own Rifles of Canada.

 

          bernières eglise

Un MP canadien règle la circulation devant la l'église Notre-Dame-de-la-Nativité. L'édifice religieux porte encore les stigmates des combats. (National Archives Canada ).

 

           pow bernières

 Des prisonniers allemands sont rassemblés au pied du mur anti-chars de la plage de Bernières-sur-Mer.

 

              pow

Ces prisonniers allemands de la 716e DI sous bonne garde, ne semblent pas être mécontent de leur sort. pour eux la guerre est finie.

 

              pow2

Des soldats allemands dont quelque officiers capturés sont rassemblés sur la plage de Bernières-sur-Mer. Ils seront transportés par les barges de débarquement jusqu'aux navires mouillant au large.

 

            maison de bernières

Des soldats canadiens posent devant la maison bordant la plage de Bernières-sur-Mer. Elle aussi porte les traces de la bataille. Cette maison apparait souvent sur les photos du secteur de Bernières.

 

 German_prisoner_captured_by_Canadian_troops

Des prisonniers allemands qui viennent de se rendre sont fouillés par des soldats canadiens. (Photographer: Handford (Lt) No 5 Army Film & Photographic Unit).

                          blesses

                       Blessés canadiens attendant leur évacuation. (National / Archives Canada).

 

                                800px-Bernieres-sur-mer-monument-debarquement  

                                 Un monument érigé sur la plage de Bernières-sur-Mer  

 

                                                 800px-Courseulles_sur_Mer_DSC_3279_2

                    Un bunker allemand partiellement ensablé dans les dunes de Courseulles-sur-Mer.