Vers 3 heures du matin les navires de la Force U se présentent au large de la plage d'Utah sur la partie orientale de la presqu'ile du Cotentin et jètent l'ancre a 18 kilomètres environ de la côte. La 7th armée du major général J. Lawton Collins, composée des 8ème, 22ème et 12ème régiments d'infanterie de la 4th division américaine sous les ordres du général Omar Bradley chef de la 1ère armée,  doivent débarquer vers 6h30, au môment où la marée est basse, pour permettre aux équipes du génie de pratiquer des brèches dans les obstructions parcourants la plage. Ces troupes doivent rejoindre au plus vite les chaussées traversant les terres inondées pour faire la jonctions avec les parachutistes de la 101ème division qui s'y trouvent déjà depuis le début de la nuit, pour établir une solide tête de pont.

28 minutes après l'aube les canons des navires ouvrent le feu sur la côte normande qui disparaît bientôt sous les nuages du bombardement. Plus tôt dans la nuit des bombardiers avaient  déjà pris pour cible les côtes du Cotentin et du Calvados. Quand le déchaînement des canons débute, les hommes de la 4th division sont à bords des péniches de débarquement qui tournent en rond attendant l'ordre d'avancer. Des chars Sherman Duplex Drive composés de deux escadrons sont mis à l'eau à trois kilomètres de la côte. Disposés en    deux vagues succéssives, la première comporte 12 blindés et la deuxième 16. La surprise est totale pour les Allemands, quand s'arrête le déluge du feu naval, alors qu'ils se remettent à peine, ils voient s'approcher ces engins qui aussitôt les jupes baissées font feu sur les bunkers.

La premiere vague d'assaut débarque dans le sillage des blindés. Les tirs sont nourris mais peu précis, les obus de 88 de la 709ème    division allemande entent en actions au fur et à mesure que les mitrailleuses se taisent. Ils sont disposés en arrière de la plage à quelques kilomètres, parfaitements camouflés et invisibles depuis les airs. La plage est rapidement prise à marée basse découvrant sur 500 mètres les défenses entre la plage et les dunes. Une heure après l'heure H, (7h30) la cinquième   vague débarque à son tour, les hommes du génie ont put ouvrir des brèches dans les obstacles pour favoriser l'approche en toute sécurité des péniches. Le brigadier-général Theodore Roosevelt, 57 ans et propre cousin du président,  se trouve sur la plage depuis le début de l'attaque et s'aperçoit très vite qu'ils ne sont pas sur le bon secteur. Le fort  courant parallèle à la   côté à fait dévier la vedette pilote conduisant la première vague d'assaut,  amenant les fantassins à 2 kilomètres au Sud du secteur prévu, non pas au Nord de la Madeleine, mais au    Sud, face au point fortifié allemand W5. Après en avoir discuté avec l'état-major de la division, il décide de continuer le débarquement dans ce secteur. Le seul problème c'est qu'à cette endroit    il n'y a qu'une seule chaussée pour sortir de la plage, et celà peut créer des embouteillages sur les 30 000 hommes et les 3500 véhicules qui doivent débarquer dans la journée. Cependant les défenses allemandes de W5 sont moins fortes que celle du secteur initialement prévu, de plus toutes les tentatives pour s'emparer des autres secteurs sont repoussées par les batteries de la Kriegmarine allemande de Montebourg et Saint-Marcouf. Roosevelt décide de gagner l'intérieur des terre par ce seul chemin dont il dispose.

De leur côté les chars attendent que les artificiers facent des brèches dans le mur antichar. A 8h30 les ouvertures sont faîtes  et les    Shermans traversent les dunes et foncent à l'intérieur des terres. Les obus de 88 sont de plus en plus rares, mais les mortiers continuent de tirer dans une tentative désespérée et ne cesseront qu'en début de soirée.
En fin de journée le bilan est plutôt bon: 1 700 véhicules et, 23 250 hommes ont débarqués, les pertes sont minimes comparés à Omaha beach: 197 tués et 60 disparus. 28 des 32 Sherman prévus ont touchés terre et font le nettoyage des derniers îlots de résistances. En fin de soirée ils font la jonction avec les parachutistes de la 101ème aéroportées qui ont tenus les quatre chaussés  sur les cinq plages alliées du débarquement celui d'Utah reste le plus réussi. Du côté des navires une seule perte est à déplorer celle de l'USS Corry, coulé au large peu après l'heure H par une mine flottante. Une grande partie de son équipage ont put quitter le navire avant son naufrage.

 

             utah_beach_traversee_manche

Troupes américaines à destination d'Utah Beach durant la traversée de la Manche.

 

             utah_beach_barges_approchent_rivage

Les premières barges de débarquement transportant la première vague d'assaut de la 4th ID approchent du rivage.

 

           31-08-2009-00-50-10

           Cette photographie impressionante montre les canons d'un navire en action contre la côte.

 

              utah_beach_premiere_vague

                                La première vague d'assaut vient d'aborder.

 

                     Utah arrivée des blindés

                                 Arrivée des chars de soutien sur la plage.

 

                      762px-Utah_Beach_Landing

 

                Utah-copie-2

                                              Des barges se dirigeant vers la côte.

 

                Utah-copie-1

 On peut distinguer sur cette photo qu'un des soldat est équipé d'un détecteur de type "poele à frire".

 

                utah-beach-247401

                                 

 

                      Mur-anti-char-Utah-copie-1

  Les soldats se rassemblent derrière le mur anti-char avant de poursuivre l'avance.

 

              utah_beach_explosion_canon_88

                                        Explosion d'un obus de 88mm.

 

              Utah-GI-mort

Un soldat mort gît à l'endroit où il à été tué. Il à été identifié à en croire l'étiquette qu'il porte autour du cou.

 

             Carte-Utah2

                 Plan d'Utah Beach qui montre la position des différents cuirassés engagés.

 

          utah-beach

                           Deux "médics" posent une perfusion à un blessé à même la plage.

 

             Casemate-canon-de-88-Utah

                     Cette casemate abrite une pièce redoutable de 88mm.

 

                allemand-mort

                       Le cadavre d'un soldat allemand tué près d'un bunker.

 

                            Sherman-mired-normandy

Photographie prise le 12 juin. Un Sherman à glissé dans un cratère d'obus recouvert par la marée et s'est enlisé. Il porte encore ses manches à air pour protéger le moteur de l'eau.

 

                         Utah12

Ces soldats examinent des chars allemands télécommandés  "Goliath". Ces engins sont bourrés de plus 100kg d'explosifs et sont destinés à anéantir des concentrations de troupes ou de véhicules. Mais leurs mécanismes ultra sensibles ont été déréglés par le bombardement aérien et naval et non pas fonctionnés.

 

              Utah-copie-3

Le débarquement sur Utah fut un des plus réussis et les troupes purent quitter assez rapidement la plage pour progresser. ( US Signal Corps).

 

            Uss-Corry

L'USS Corry, fut le seul navire important coulé au large d'Utah Beach. Après sa mission d'appui feu des troupes, il est dérouté pour concentrer ses tirs sur des positions d'artillerie positionnées à l'intérieur des terres. Il heurte une mine flottante peu de temps après et il est achevé par la batterie allemande de Crisbecq Saint-Marcouf. Le naufrage fera 22 morts dans l'équipage.

 

                               Lt-Arthur-Jancke

Le lieutenant Arthur Jahnke 23 ans,  commandant le point d'appui WN5. C'est en face de sa position que la 4th division d'infanterie débarque. Blessé sur le front russe il avait été muté en Normandie. Capturé dans les heures qui avaient succédées au débarquement des troupes, il fut conduit sur la plage et reçu un éclat d'obus sur le côté qui manqua de l'éventrer, il fut soigné par des infirmiers américains, puis transporté à bord d'un navire pour l'Angleterre. Il terminera la guerre en captivité.