A la mi-juin 1944,après la libération du village de Rots (Calvados) par les Britanniques, le régiment de la Chaudière (Canada) y est placé en vue de la prochaine attaque sur Caen. Les villageois qui avaient fuits les combats reviennent peu à peu dans le bourg. Lorsque le boulanger regagne son magasin il constate que les Allemands ont piégés son fournil. Il demande aussitôt l'aide des Canadiens installés à proximité. Un officier envoi alors une équipe de déminage, sous les ordres du sergent Leon Gagney. Les soldats canadiens procèdent à l'enlèvement des explosifs. Cependant en repartant Leon croise Jacqueline, la fille du commerçant et entre eux c'est le coup de foudre. Dans les jours qui suivent les deux jeunes gens se fréquentent beaucoup et Leon décide de demander la main de Jacqueline à son père. Celui-ci accepte.

  Mais la guerre n'est pas encore terminée et bientôt Leon doit repartir pour la reconquête de l'Europe. La séparartion est douloureuse pour les deux amoureux qui se promèttent de se revoir et de s'écrire. En septembre 1944, en Hollande le sergent Leon Gagney saute sur une mine et grièvement blessé il est rapatrié au Canada où il est amputé des deux jambes. Leon pense alors à sa bien aimée là-bas en France et il n'imagine pas pouvoir reprendre une existence normale, et même avoir des enfants. Il explique tout celà à Jacqueline dans une longue lettre et lui dit que si elle le désire il lui rend sa liberté. Leon ne tarde pas à recevoir la réponse de sa fiancée, celle-ci lui répond dans une lettre que pour elle rien n'a changé  et l'aime encore. Rassuré Leon fait de gros efforts pour apprendre à marcher avec ses prothèses et aux bout de quelques mois il fini par y arriver.

  Leon et Jacqueline se sont mariés le 6 juin 1947 à Toronto ( peut-être un clin d'oeil à leur rencontre trois ans plus tôt?). Ils menèrent une existense heureuse au Canada et contre toutes ses craintes Leon à toujour travaillé et le couple eut quatre enfants. Le 6 juin 1994, ils sont revenus en voyage à Rots là où tout avait commencé 50 ans plus tôt, pour fêter leur Jour J à eux. Leon Gagney est décédé quelques jours seulement avant le 60e anniverssaire du débarquement.