Lancé le 28 juillet 1941, par les chantiers Charleston Navy Yard,en Caroline du Sud, le destroyer USS Corry tire son nom de celui du capitaine de corvette William Merril Corry Jr, (mort en 1920) qui participa à la première guerre mondiale et titulaire de la Médaille d'Honneur. Le destroyer est le second navire à porter ce nom.
      Le Corry entra en service le 18 décembre 1942, et fut affecté à la surveillance des eaux du Pacifique, de la Méditerrannée et de l'Atlantique. En février 1944, alors qu'il sert d'escorte à un convoi de transport de troupes en route pour la Grande-Bretagne, il détruit au canon un U-Boat allemand, l'U-801. Le Corry receuille à son bord 47 matelots du submersible ennemi.

 Le 6 juin au matin le navire se trouve devant la plage d'Utah, servant de protection aux barges des troupes de la 4th Infantry Division. Après avoir mené à bien sa tâche, le destroyers poursuit sa mission d'appui feu sur les arrières de la plage d'Utah. Alors qu'il évolue dans une faible profondeur d'eau, il heurte une mine marine qui explose au niveau de la quille créant une brêche sous la coque. le gouvernail est bloqué à droite.

L'explosion dévaste deux compartiments ( la chaufferie et la machine avant) tuant presque tous les matelots qui s'y trouvaient. L'eau s'engouffre par la brêche inondant totalement la salle des machines et fait céder la cloison étanche du dernier compartiment. A 6h40 l'ordre d'évacuation est donné, alors que le Corry s'enfonce par l'avant. Aussitôt les batteries allemandes encadrent le navire en perdition, plusieurs obus le touchent dont un qui frappe les affûts des 40mm et fait exploser les munitions à proximité. Les rescapés embarquent tant bien que mal dans les canots de sauvetages. Une de ces embarcations sera projetée à plusieur mètres de haut par un obus allemand tombé tout près. Le navire sombre et se pose sur le fond, à une dizaine de mètres de profondeur., seules ses superstructures dépassent du niveau de la mer. Pendant près de deux heures les survivants sont la cible des    artilleurs allemands, (notamant Crisbecq Saint-Marcouf), jusqu'à ce que les batteries soient réduites au silence et les courants poussent les petits canots au plus près de la côte. Suite à l'arrêt du tir des batteries ennemies les destroyers USS Fitch , Hobsor et Butler, ainsi que la vedette PT-199, s'approchent pour secourir les naufragés.

  La perte du destroyer sera la plus grande enregistrée par l'US Navy en ce 6 juin. Les premiers rapports sur le naufrage, indiquent officiellement qu'il est l'oeuvre d'une mine submergée qui à provoquée une importante voie d'eau dans les compartiments du Corry. Mais l'officier commandant, le capitaine George Dewey Hoffman affirme que le navire à été touché par une salve de gros calibre qui à explosé sous le niveau d'eau. Des rapports allemands indiquent également que la batterie de Crisbecq Saint-Marcouf, commandée par l'Oberleutenant Walter Ohmsen, située à 2,4 km à l'intérieur des terres avec ses trois canons de 210mm, a marqué un coup au but sur un navire américain qui fit naufrage. Deux semaines après le débarquement, un rapport détaillé présentant la perte du navire comme étant causée par les obus ennemis, à été réécrit sans au préalable avoir consulté les survivants, et met en cause la mine heurté par le Corry. Sur la dernière page du rapport officiel, il est fait mention que les obus allemands reçus par le destroyer ont provoqués "des dommages purement accésoires".
      22 matelots trouvèrent la mort dans le naufrage, principalement ceux qui se trouvaient dans les compartiments dévastés, par l'explosion, tués par l'onde de choc ou noyés après l'inondation des salles d'ingénéries. Certains furent également tués par les obus allemands, alors qu'ils avaient embarqués dans les canots de sauvetages.  L'épave repose toujours sur la banc de Saint-Marcouf, au large de Quinéville, couché sur le côté babord. Elle n'est plus qu'un tas de ferailles rouillées après avoir été en partie canibalisée par des entreprises italiennes engagées après-guerre pour rendre la navigation moins dangeureuse au large des côtes normandes.

 

                    Corry

L'USS Corry en 1944, avec ses filets déployés , il vient de repêcher les naufragés du l'U-Boat U-801, qu'il vient de couler au canon, après que le sous-marin ait fait surface.

 

                                   Hoffman

George D. Hoffman dernier commandant du Corry. Lors de son naufrage le 6 juin il fut le dernier à quitter le navire.

 

                                     Ohmsen

   L'Oberleutenant Walter Ohmsen commandant la batterie de Crisbecq.  ( Bundesarchiv).