Tout au long de la journée du 19 juillet, les troupes canadiennes nettoient la zone de Cormelles, les derniers snipers allemands sont éliminés dans le stade près du château, la plupart ignoraient alors que le front avait cédé. L'usine métallurgique de Colombelles passablement bombardée pour empêcher les Allemands de s'y retrancher est sous contrôle. Dans le faubourg de Vaucelles, la jonction est établie entre le Highland Light Infantry of Canada et le 1st Canadian Scottish, mais dans ce secteur de nombreux snipers allemands, laissés en arrière sans espoir de repli par le 1./SS-Pz-Gren-Rgt 1, vont ralentir la progression. 

  Au Nord-Est , les Glengarrians s'emparent de la gare de triage et des bâtiments de la gare de voyageurs de Caen. Cette action sera aidé par un matraquage intensif des mortiers des Camerons, restés sur l'autre rive du canal de Caen 90 prisonniers allemands de diverses unités allemandes seront ramenés vers l'arrière. A midi le général Keller de la 3rd Division ordonne à ses troupes de continuer la progression vers Bras et Hubert-Folie, des compagnies du 1st Canadian Scottish, viennent épauler les troupes de la 159th Brigade britannique. La 2nd Canadian Infantry Division  se met en mouvement et franchi l'Orne-sur-Fleury puis attaque  Louvigny. Son objectif est de s'emparer du contrôle de la vallée de l'Orne jusqu'à Bretteville-sur-Laize,constituant le flanc droit de Goodwood elle doit faire tout ce qu'elle peut pour encercler le 1. SS-Pz-Korps. la ligne Bras/ Saint André, ne sera atteinte que dix jours plus tard par le 2nd Corps  candien du général Simonds qui tirera les enseignements appris le 18 juillet par les Britanniques : ne jamais laisser des concentrations de chars en plein jour.  Les Anglo-canadiens contrôlent à présent la ville de Caen et ses faubourgs. 

                   bren

Dans une maison du faubourg de Vaucelles, un soldat canadien vient de mettre en batterie son fusil mitrailleur Bren .

               Colombelles

Des prisonniers allemands gardés par des soldats canadiens, passent devant l'usine métallurgique de Colombelles

               jeep

Dans les faubourgs de Vaucelles, un blessé est évacué par une jeep qui porte le marquage de la 2nd Infantry Division canadienne.

               canadian

Deux prisonniers allemands gardés, par deux soldats canadiens. Photo prise dans le secteur de la 3rd Division. L'Allemand en tenue camouflée est un grenadier de la Leibenstandarte Adolf Hitler (1ere SS-panzerdivision), l'autre fait partie de la    16e Feld-Division de la Luftwaffe. En revanche on ne sait pas ce que fait la jeune femme (Germaine Coulon selon la légende de la photo anglaise) parmi eux. est-elle aussi captive ou  une auxilliaire des Canadiens ?  

              marshall

Superbe photographie montrant le sergent Harold Marshall du peleton de sniper du Calgary Highlander de la 2nd Canadian Infantry Division. 

              1st hussars

                  Les chars du 1st Hussars entrent dans Caen par la Place de petites boucheries.

 

             Sherman-2nd-Armored-Division

 Un sherman de la 2nd Armoured Division canadienne avec sa tourelle retournée longe les ruine de la fabrique de ciment SMN, (Société métallurgique de Normandie) implantée dans le secteur de Colombelles. Le blindée se trouve sur la RN 813, Caen-Deauville.

                    564px-Caen_gare_1944 

                              Soldats canadiens se restaurant sur un quai de la gare.

                    578px-Caen_gare_1944_prisonnier

                           Toujours à la gare un soldat surveille un prisonnier allemand.

                  3rd armoured

                            Des éléments de la 3rd Division rue du général Moulin à Caen.

                      Chuchill---Montgomery 

 Suites à ses nombreuses opérations désastreuses, et sa lenteur pour  la possession de Caen, les Américains ont vivement critiqués Montgomery. Le 25 juillet après Goodwood, le premier ministre britannique Winston Churchill  lui rend visite en Normandie pour lui affirmer son soutien.

                              Lieutenant-General_Guy_G__Simonds

Peu avant le débarquement, le général Simonds commandant le IIe Corps canadien passe ses troupes en revue.