Fondés en 1940 par les Britanniques, les troupes de Commandos, sont spécialement entraînés pour mener des actions de destructions et de renseignements derrière les lignes ennemies. Churchill prévoit la création de 20 000 commandos. Philippe Kieffer qui vient de rejoindre la France Libre, en Angleterre se montre intéressé par le projet, suite aux raids des Britaniques sur l'île de Lofoten en 1941. Le général de Gaulle demande alors à lord Mounthbatten,en charge des opérations spéciales, de créer des unités de commandos françaises. Les Anglais semblent approuver le projet, pour les raids en France, il est préférable d'avoir des hommes connaissant parfaitement le terrain, ainsi que la langue. De plus Kieffer a constitué la "Troop1" avec une vingtaine de volontaires aux environs de Portsmouth. C'est donc lui qui sera désigné pour le commandement.

  La formation sera dipensée dans le centre des bérets verts britanniques en Ecosse à Achnacarry, dans les Highlands, où le climat et la nature sont sauvages et rudes. Les nouveaux arrivants sont mis  dans le bain tout de suite  à leur arrivée. Ils doivent parcourir les 30 km à pieds séparant la gare du centre d'entraînement, puis en entrant au camp il passent devant des tombes fictives des soldats soit disant morts à l'entraînement. Les barraquements sont sommaires pas de lits, mais des paillasses avec des matelats remplis de paille. L'entraînement est sévère et très  physique. Il est nécessaire pour former ces hommes aux futures missions derrière les lignes ennemies. Dans un même temps Adolf Hitler, ordonne la mise à mort des commandos capturés. Le 14 juillet une colonne de commandos défile dans les rues de Londres. Au cours de 1942 les commandos français participent au raid sur Dieppe en compagnie de leurs frères d'armes Anglo-canadiens. L'année suivante le 1er bataillon de fusiller marin (BFM) est constitué de trois Troop, la N°1, la N°8 du capitaine Trepel et la Troop d'appui ( K-Gun). Un tiers de ces fusillers marins sont originaire de Bretagne.

  Des commandos français participent au raid sur la plage de Wassenaar en Hollande, au cours duquel cinq d'entre eux sont tués, dont le capitaine Charles Trepel. En mai 1944, peu avant le débarquement ils reçoivent leur propore insigne en bronze ( chargé du brick de l'aventure et barré du poingnard des commandos, avec dans le coin seneste la Croix de Lorraine et souligné d'une  banderole portant l'inscription: 1er BFM Commando ). Il le placent sur le béret vert à " l'anglaise" sur le côté gauche. On doit le dessin d'un des leurs le caporal Maurice Chauvet. Le bataillon se retrouve incorporé au N°4 Commando de la  Brigade des forces spéciales. Quelques jours avant le débarquement, des photos aériennes de leurs objectifs leur sont distribuées, sans indications de lieux, mais certains Normands du BFM, reconaissent les côtes de leur région. Celà inquiète l'état-major, le bataillon se voit cantonné dans leur camp, avec interdiction de le quitter. De plus il est gardé par des MP américains armés et qui ont ordre de tirer sur tous ceux qui voudraient entrer ou sortir. Les 177 hommes sont répartis deux "troops" et une section de " K-Gun".

  Promu capitaine de corvette (d'ou l'appelation de commandant) à la veille du Jour J, Philippe Kieffer débarque le 6 juin à la tête de ses commandos, ils débarquent de la  barge n° 527  qui touche terre à 7h55, à Colleville-Montgomery à l'est du dispositif allié. Sur ce secteurs ils sont les premiers à débarquer, avec les commandos britanniques qui les ont laisser passer en  tête. Leur objectif est la Brêche à 500 mètres à l'ouest de Riva Bella. Malgrè des pertes significativent ils s'emparent d'une pièce de 50 mm encuvée qui avait mis à mal la barge 523, puis de l'ex casino de Riva Bella, avant de progresser par les terres par  Colleville et Saint-Aubin-d'Arquenay pour faire la jonction à Pégasus Bridge (Benouville), avec les troupes aéroportées britanniques. Il y arrivent à 16h30 et occupent les lisisières du Plain vers 20h. Au soir du Jour J le 1er BFM à perdu presque 25% de ses effectifs: outre les hommes mis hors combats et évacués, dont le commandant Kieffer blessé deux fois ce jour là,  deux officiers et huit hommes sont tués : 4  sur la plage : second-maître Raymond Dumanoir, matelot Raymond Flesch, quartier-maître Joseph Letang, matelot Jean Rousseau.  2 boulevard Winston Churchill: lieutenant Augustin Hubert, matelot Marcel Labas.  4 face au casino: quartier-maître Jean Lemoingne, medecin-capitaine Robert Lion, matelot Emile Renault, Matelot Paul Rollin. Le bataillon va continuer les combats jusqu'au 27 août 1944, puis il est renvoyé en Grande Bretagne au repos et pour être recomplété. En novembre 1944 le 1er BFM est débarqué sur l'île de  Walcheren en Hollande, puis il prend Flessingue, dans le cadre d'une opération combinée avec les commandos britanniques. 

  De nos jours les commandos de la Marine Nationale sont les héritiers des commandos de Philippe Kieffer. Sur les cinq groupes actuels deux portent les noms de deux officiers morts au combat : Commando Hubert et  Commando Trepel.  En mai 2008 le président de la République Nicolas Sarkozy a annoncé la creation d'un commando supplémentaire, le Commando Kieffer en l'honneur de Phlilippe Kieffer ( décédé en 1962).  Par tradition les Commandos de marines français actuels conservent le béret vert britannique et ils sont les seuls dans l'armée française autorisés à le porter incliné sur la droite et l'insigne à gauche, ce qui les différencient des berets verts de la Légion étrangère.

 

                                                 insigne bfm

                                     Insigne du 1er bataillon de fusililer marins commandos .

 

                  kieffer

                   Philippe Kieffer à la tête de ses hommes durant l'entrainement en Grande-Bretagne.

 

                uniformes

                      Uniformes des différents unités de commandos des Forces Françaises Libres.

 

                               Commando-20kieffer

                                                      Philippe Kieffer.

 

                                   Commandos

                                   Commando2

 

        COMMAN~1

6 juin 2009, Commandos de marine en Normandie pendant les célébrations du 65e anniversaire du Jour-J en souvenir du Commando Kieffer. (Monsieur Alain Manfroi).