Charles H. Gerhardt est né le 6 juin 1895 à Lebanon au Texas. Toute son enfance baigne dans l'univers des armes, son père était officier de carrière qui partira à la retraite au grade de général de brigade. C'est tout naturellement que le jeune homme intègre en 1915 l'académie militaire de West-Point, où il se forge une bonne réputation de sportif pratiquant le football, le baseball et le polo. En 1917 il est nommé 2nd lieutenant de cavalerie et muté dans la 89th Infantry Division, il prend part à l'offensive Meuse-Argonne pendant la 1ere guerre mondiale. Il deviendra joueur de polo de l'armée américaine en 1924 . Pendant l'entre-deux guerres il préside en qualité de juge sportif pour les épreuves équestres des jeux olympiques de 1932 à Los-Angeles, puis prend le commandement de la 91st Infantry Division basée à Camp Blanc dans l'Orégon. En juillet 1943 il sera nommé à la tête de la 29th Division, qui depuis la fin de la 1ere guerre mondiale était une unité de la Garde Nationale américaine avec des hommes provenant du Maryland, de la Virginie de la Pennsylvanie et de Washington DC. Il était surtout connu pour son intransigence inflexible des règles militaires et n'hésitait pas à réprimender ses soldats qui n'attachaient pas la jugulaire de leur casque, alors qu'à l'époque celà était courant dans l'armée américaine.  Intolérant également sur la saleté des véhicules, le général pouvait arrêter un camion s'il y voyait des traces de boue, et ordonnait à son équipage de le nettoyer dans n'importe quelle circonstance.C'est lui qui trouva à la 29th Division sa devise << 29th let's go! >>, il sera rapidement surnommé "Uncle charlie" par ses hommes. Sous son commandement la 29th devint une des unités les plus disciplinées.

  Il resta au commandement de la division jusqu'à la fin de la guerre et une partie de l'occupation de l'Allemagne en 1945. Outre sa qualité de meneur d'hommes, le général Gerhardt fut un des officiers généraux les plus contreversés du théâtre européen. Ses détracteurs lui reprochent son manque d'efficacité en tactique militaire, mais mettent surtout en avant sa négligence de la vie de ses hommes. Certains vont ironisé en disant de lui qu'il avait trois divisions << L'une sur le champ de bataille, l'autre à l'hôpital et la dernière au cimetière >>. En effet la 29th Division et la seule unité américaine qui avait souffert de pertes anormalement élévées, 20 000 morts en 242 jours d'engagement, même la 1st Division qui avait débarquée sur Omaha Beach à ses côtés et subie d'importantes pertes en Normandie n'en avait pas autant, alors qu'elle s'était battue en Afrique-du-Nord et en Italie. C'est pour cette raison qu'il est rétrogradé au rang de lieutenant-colonel à la fin de la guerre. Il est autant approuvé que désapprouvé par ses supérieurs hiérarchiques. Il existe cependant une anecdote à son sujet, lorsqu'il fait ouvrir une maison close pour redonner le moral à ses soldats, près de Rennes, mais le général Omar Bradley en apprenant celà ordonne sa fermeture immédiate. Après la guerre, Charles Gerhardt occupera le poste d'attaché à la défense au brésil, puis un autre à Fort Meade dans le Maryland, avant que l'armée lui redonne son grade antérieur. En 1952, il prend sa retraite au rang le Major-Général et meurt le 9 octobre 1976 d'une crise cardiaque, Il est inhumé au cimetière national d'Arlington à Washington DC , il était titulaire de la Silver Star et la Distinguished Service Medal.

 

                                                     Maj__Gen__Charles_Gerhardt

         Major-General Charles H. Gerhardt 1895-1976. (U.S. Federal Governement / Public Domain)

 

                  USA-A-StLo-p54

                                   Le général en juillet 1944 dans le secteur de Saint-Lô.

        charles G

                         Charles Gerhardt à gauche photographié en 1945 en Allemagne.