Cette opération est confiée à la 2nd British Army du général Miles Dempsey, qui avait pour mission la protection du flanc gauche des Américains qui exploitaient toujours le terrain dans le sud du Cotentin, après le succès de l'opération Cobra du 25 juillet. Ses objectifs géographiques sont la prise des hauteurs du Mont-Pinçon et la sécurisation de la route de jonction de Vire  qui constitue un noeud routier important. Avec l'achèvement de l'opération Goodwood quelques jours plus tôt, d'importantes forces allemandes se sont concentrées au sud de Caen qui craignent une poussée alliée dans ce secteur. L'opération débute après la jonction de la 2nd British Army avec la 1ere armée américaine, initialement Dempsey avait prévu de déclencher son attaque le 2 août, mais les choses s'accélérant il décide de l'avancer de trois jours.

  Le 30 juillet c'est l'aviation qui ouvre le bal, près de mille bombardiers arrivent pour bousculer les positions ennemies, mais les mauvaises conditions météorologiques empêchent certains appareils à localiser les cibles. Les Allemands solidement retranchés bénéficient de l'aide du bocage normand particulièrement propice aux actions défensives et ont disposés des champs de mines pour interdire l'accès des points clés du secteur. Aussitôt le bombardement terminé, les blindés britanniques des 8e et XXXe Corps passent à l'offensive au sud et à l'Est de Caumont-l'Eventé, cependant ils sont retardés par la résistance qu'oppose le Panzergruppe ouest et la 7e armée allemande. De leurs côtés les troupes des 1ere et 9e SS-PzDiv attaquent au sud de Caen, pour tenter d'affaiblir les lignes défensives anglaises. Au cours de la nuit les Allemands se préparent à contre-attaquer recevant des renforts, la 7e armée se masse dans le secteur de Vire et ses chars sont déployés en positions défensives. Le 31 juillet le village de Saint-Martin-des-Besaces tombe aux mains des troupes de la 11th Armoured Division stoppant ainsi la contre-attaque menée par la 21e PzDiv au sud de Caumont-l'Eventé de furieux combats opposent les 15e Scottish et 43e division (Wessex), aux troupes de la 326e division d'infanterie allemande venue renforcer la 21e Panzer. Un pont qui enjambe la Souleuvre que les Allemands n'avaient pas surveillé est pris sans difficulté par le 2nd Household Cavalry, cette aubaine va permettre aux Anglo-canadiens d'établir une tête de pont sur l'autre rive.

  Le lendemain, alors que la 1ere armée canadienne reçoit la mission de repousser les contre-attaques sur le sud et l'Est de Caen, le 8th Corps débute son offensive après avoir traversé la Souleuvre. De violents combats éclatent dans les environs de la Forêt du Homme et au sud-est de celle de l'Evêque, la 21e PzDiv et la 326e d'infanterie attaquent violemment au nord et à l'est les 15e Scottish et 43e Wessex et la 11th Armoured Division qui réussi une percée au sud, libère le Beny-Bocage et progresse en direction de Vire. Elle se heurte à une contre-attaque des 9e et 10e SS-PzDiv qui lui inflige des lourdes pertes, mais les Allemands sont contraints de se replier au sud. C'est à ce moment que des dissensions éclatent au sein de l'état-major allié, ce qui est en cause c'est que la progression des forces vers le sud expose de plus en plus les flancs des Britanniques. Le 2 août le général Bucknall du XXXe Corps est relevé de son poste, suivi du général Eskine commandant de la 7th Armoured Division, le lendemain. Ce même jour la 7th Arm/Div est repoussée sur ses lignes de départ, par une contre-attaque des blindés allemands de la 10e SS-PzDiv. Le 4 août les Anglais parviennent à franchir les lignes ennemies qui doivent mobiliser leurs dernières réserves. Le feldmarechal von Kluge repositionne ses forces dans le secteur de Thury-Harcourt en arrière de l'Orne. Les britanniques saisissent l'occasion d'exploiter le terrain, mais la progression le long de la Vire s'avère difficile sur le flanc Est des Américains opposés à une vive résistance conduite par des éléments de la 3e DI para allemande et des groupes de grenadiers SS.

  A l'ouest de Caen, les villages de Villers-Bocage et Everecy sont libérés. Les Anglais commencent à constater que les attaques de l'ennemi perdent en agressivité et conscients de la situation délicate des Allemands entre Thury-Harcourt et Mortain, décident de poursuivre l'opération, pour éviter le franchissement de la Seine par les troupes ennemies, ces dernières lanceront dans quelques jours une contre-offensive à l'endroit où le front anglo-américain est le plus mince. Après plusieurs efforts renouvelés les Alliés s'emparent de Vire le 6 août, tandis qu'au même instant la 129th Brigade de la  43e Wessex parvient à prendre le Mont-Pinçon, mais après des tirs de mortiers et de mitrailleuses ils sont forcés de s'arrêter. Il faudra attendre l'intervention des blindés du 13th/18th Hussars pour débloquer la situation. Le lendemain les Britanniques libèrent le village du Plessis-Grimoult où ils découvrent un char tigre royal détruit.. Cette opération permis de retenir des forces allemandes qui par consécquant ne pourront pas prendre part à la contre-attaque prévue sur Avranches. De plus elle marqua un pas supplémentaire dans l'encerclement de l'armée allemande dans la poche de Falaise à la fin du mois.

727415

 

De gauche à droite le général Miles Dempsey commandant la 2e armée britannique et le maréchal Bernard L. Montgomery en juillet 1944.

603px-The_British_Army_in_Normandy_1944_B8181

Dans la brume matinale du 30 juillet, des chars Cromwell de la 7th Armourd Division font mouvement pour participer à Bluecoat. (No 5 Army Film & Photographic Unit).

 

600px-Caumontadvance

Infanterie du 2nd Glasgow Highlanders de la 15th Scottish Infantry Division dans le secteur de Caumont-l'Eventé. (Laing (Sgt) No 5 Army Film & Photographic Unit).

standard

Caumont-l'Eventé 30 juillet des Universal carriers de la 15th Scottish Infantry Division se préparent pour la bataille. (Imperial War Museum).

large

Universal carriers de la 15th S.I.D. tractant des canons antichars de 6 pdr, au sud-est de Caumont-l'Eventé durant l'opération Bluecoat le 30 juillet. (Imperial War Museum).

 

 

609px-Caumontadvance2

Une colonne de blindés britanniques traverse le village de Caumont-l'Eventé. (Laing (Sgt) No 5 Army Film & Photographic Unit).

 

800px-FranceNormandieLaFerriereHgCarvillePontDuTaureau

Le pont du Taureau traversant la Souleuvre à la limite des communes de la Ferrière-Harang et Carville. (Ikmo-ned).

 

bluecoat

30 juillet 1944 à Saint-Martin-des-Besaces, un convoi de la 8th Rifle Brigade passe le carrefour de la route Villers-Bocage / la Ferrière-Harang, le Sherman du premier plan appartient au 23rd Hussars britannique. (Imperial War Museum/B8292).

 

The_British_Army_in_Normandy_1944_B8370

Un Sherman "Firefly" britannique dans le secteur d'Aunay-sur-Odon le 31 juillet pendant l'opération Bluecoat. (Hartford (Lt) No 5 Army Film & Photographic Unit).

 

758px-Bombardement_Aunay-sur_Odon_-_1944

Avec sa position de carrefour entre Caen et Vire, puis Bayeux et Falaise, la ville d'Aunay-sur-Odon devient un intéret stratégique pour les Alliés. Elle est bombardée une première fois le 12 juin 1944 par deux vagues d'appareils, le centre ville est totalement détruit, tuant une centaine d'habitants. Un second raid va anéantir la ville dans la nuit du 14 au 15 juin. (Conseil Regional de Basse-Normandie / National Archives USA).

596px-The_British_Army_in_the_Normandy_Campaign_1944_B8566

Chars Churchill, transportant des hommes du Royal Scots Fusiliers durant l'avance de l'opération Bluecoat dans le secteur de Saint-Pierre-Tarentaine, le 3 août . (IWM).

609px-Royal_Scots_advancing_03-08-1944

   Une colonne des Royal Scots Fusiliers progressant à Saint-Pierre-Tarentaine en août 1944. (IWM).

large 4

2 août 1944, chars Sherman et canons de 6 pdr britanniques à Saint-Charles-de-Percy. On aperçoit des prisonniers allemands rassemblés sur le bord de la route. (IWM).

730px-Vire_1944

Comme beaucoups de villes normandes, Vire est bombardée par les Alliés dans la soirée du 6 juin, détruite à plus de 95%?  ce raid causa la mort d'environ 350 habitants, elle sera libérée le 8 août 1944 par le 116th R.I. de la 29th Infantry Division américaine. Elle est l'un des objectifs assignés à la 2nd British Army britannique, par Montgomery pour l'opération Bluecoat. (Conseil Regional de Basse-Normandie / National Archives USA).

 

597px-The_British_Army_in_Normandy_1944_B8481

Deux half-track Sdkfz 250/9 allemands détruits par des chars britanniques durant l'avancée sur Vire, le 2 août 1944. (Laing (Sgt) No 5 Army Film & Photographic Unit / War Office Second World War Official Collection).

596px-The_British_Army_in_the_Normandy_Campaign_1944_B8478

Tracteur d'artillerie avec un canon de 25 pdr durant l'avance sur Vire le 2 août. (Laing (Sgt) No 5 Army Film & Photographic Unit / War Office Second World War Official Collection).

A_Canadian_soldier_fires_on_the_enemy_in_a_house_in_Caen,_July_10,_1944_

Caen juillet 1944, des soldats canadiens procèdent au nettoyages des maisons pour éliminer les éventuels snipers ennemis. On peut remarquer que l'homme qui tire par la porte utilise un MP40 allemand. (Conseil Regional de Basse-Normandie / National Archives Canada).

104983

La gerboise sera l'insigne de la 7th Armoured  Division, surnommée " Les Rats du Desert " après son engagement en Egypte pendant la seconde guerre mondiale.

597px-The_British_Army_in_the_Normandy_Campaign_1944_B8787

Le 7 août pendant la prise du Mont-Pinçon, le sergent Clifford Brown du Somerset Light Infantry se désaltère aux côtés de sa section.

13th18thROYALHUSSARS

                                               Insigne du 13th/18th Royal Hussars.

43rd-wessex-infantry-division-formation-sign

                                                   43th Infantry Division (Wessex).

British_15th_(Scottish)_Division_Insignia

                                                               15th Infantry Division (Scottish).

RoyalScotsFusiliers_1

                                                                Royal Scots Fusiliers.

sans-titre

        Des soldats britanniques éxaminant un canon antichar allemand détruit sur le Mont-Pinçon.

325937188_b7b572f024

Le 8 août 1944, les forces britanniques libèrent le village de Plessis-Grimoult, proche du Mont-Pinçon, où ils découvrent un Tigre Royal allemand, plutôt rare sur le front normand.

Monument_mont_pincon

                 Monument des Royal Hussars érigé sur le Mont-Pinçon. (Photo. Laurent Hosansky).