L'objectif des troupes britanniques débarquées sur la plage de Sword le 6 juin 1944, était la prise de Caen, fortement défendue par les Allemands qui avaient renforcés leurs position et bien déterminés à tenir coûte que coûte. Les combats qui allaient suivre donnèrent lieu à une série d'offensives des troupes anglo-canadiennes, et finirent par aboutir à la prise la ville le 19 juillet. A ce moment l'attitude du général Montgomery était constamment décriée par les Américains qui s'impatientaient. Le lendemain de la capture de Caen, Monty débute l'opération Goodwood, une attaque massivement blindée pour percer le front allemand à l'est de la ville. Son objectif était de fixer sur place le plus de divisions blindées allemandes, pour faciliter la percée des troupes américaines en direction de Saint-Lô (opération Cobra), opération qui permi aux forces US, de prendre Avranches et se répandre en Bretagne et dans le Maine.

  Cependant dans le secteur britannique, les choses étaient tout autres, sur la crête de Verrières les Allemands tenaient les hauteurs et avaient reçu l'appui de deux divisions d'infanterie, la 85e venue de Rouen et les restes de la 272e qui avait déjà combattue lors de Goodwood. De plus une centaine de canons anti-chars de 75 et 88mm, placés autour de Cramesnil en arrière de la ligne de feu, interdisaient tout accès à  la route Caen-Falaise. A cinq kilomètres du front, la 12e SS-Panzerdivision "Hitlerjugend" avec une centaine de chars de combat se tenait en réserve. Une partie de son infanterie était sous les ordres du LXXXVI Korps allemand, mais la majorité, en plus de la "Hitlerjugend" était placée sous le commandement du quartier-général de la 1ere SS-PzDiv "Leibenstandarte Adolf Hitler".

  Montgomery chargea le commandant du 2nd Corps canadien, le général Guy Simonds d'élaborer les plans de l'attaque. Les opérations antérieures avaient démontrées que les assauts massifs de l'infanterie étaient vouées à l'échec, même avec le soutien du Bomber Command, face à la concentration de l'artillerie ennemie. Simonds proposa une tactique nouvelle: une attaque d'infanterie mécanisée à grande échelle. Des troupes canadiennes et britanniques avaient déjà utilisé des canons automoteurs M7 Priest pour se déplacer lors du débarquement. Le général ordonna de transformer les M7 en transports blindés de troupes, en enlevant la pièce d'artillerie, ces engins furent connus sous la désignation de Kangaroo. Celà permit à l'infanterie de se déplacer rapidement à l'abri des tirs adverses, tout en opérant une conjonction avec les divisions blindées.  Le plan de Simonds prévoyait un bombardement intensif de la RAF, sur les positions allemandes sur une longueur de 6 kilomètres le long de la route Caen-Falaise dans la nuit du 7 au 8 août, suivi d'une attaque des blindés et des Kangaroos. A l'est sont disposées la 154th Highland Brigade et la 33rd Armoured Brigade canadienne, ces deux unités devront s'emparer à l'aube des défenses anti-chars allemandes disposées à Cramesnil et Saint-Aignan. La seconde partie du plan consistait à envoyer, les deux unités précdamment citées à l'assaut des défenses avancées ennemies, tandis que la 3rd division canadienne et la 49th West Riding division britannique devront s'occuper de l'élargissement du front pour briser les lignes allemandes, permettant ainsi à la 4th Armoured Division canadienne et la 1st Armoured Division polonaise de progresser vers le sud dans le corridor de Cramesnil. En préparation de cette action, les bombardiers de la 8th USAAF devaient viser les positions de réserve placées à Hautmesnil. Le but de Simond était de s'emparer des hauteurs au nord de Falaise à 25 kilomètres des lignes de départ.

  Totalize débuta dans la nuit du 7 au 8 août, au moment même où les Allemands lançaient leur opération de la dernière chance: "Lüttich", la contre-attaque de Mortain, conçue et ordonnée par Hitler en direction de l'ouest. Chez les britanniques tout semblait se dérouler selon les plans, la 51st Highland Division avançait rapidement vers le sud, et la 2nd division d'infanterie canadienne dépassa tous ses objectifs et captura Rocquancourt. Dans la matinée du 8 août, Bretteville-sur-Laize fut également occupée. La nuit avait permis de réduire l'avantage des blindés allemands sur les Sherman, mais lorsque le jour se leva, les unités alliées étaient visibles .La 12e SS-PzDiv "Hitlerjugend" qui était jusqu'alors maintenue en réserve, arriva sur le front pour renforcer les divisions d'infanterie. Les Canadiens avaient particulièrement concentré leurs efforts sur le flanc droit de la route Caen-Falaise, en négligeant les hauteurs à l'est, les polonais, sur le flanc gauche étaient vulnérables face aux anti-chars allemands. Lors du départ des blindés alliés, il furent immédiatement pris pour cible par des les canons des Panzer et de ceux de la Flak de 88mm, qui avaient peu souffert du bombardement qui avait précédé l'attaque. Cramesnil et Cintheaux furent libérés, mais au prix de d'âpres combats. C'est d'ailleurs dans ceux-ci que l'as des tankistes allemands, Michael Wittmann fut tué avec son équipage, lorsque son chars fut détourellé par un obus tiré par un Sherman "Firefly" au cours d'une contre-attaque manquée. Ces furieux combats n'avaient rien à voir avec la percée initialement prévue. Le Kampfguppe (groupe de combat) Waldmuller, rassemblant ses derniers chars ne reculait qu'en infligeant des pertes considérables aux Polonais.

  Pour reprendre l'initiative, le commandant de la 4th division blindée (Armoured), George Kitching, prépare un assaut nocturne. Il divise ses troupes en deux groupes de combat, comprenant la force Halpenny qui doit attaquer Bretteville-le-Rabet, et Worthington qui avait pour objectif la côte 195. Progressant de nuit, la force Worthington se trompe et atteint la côte 140,  se retrouvant en plein milieu du dispositif de la 12e SS-PzDiv "Hitlerjugend". Au matin du 9 août, les Canadiens sont encerclés par les chars ennemis, puis bombardés par erreur par leur propre aviation en tentant de se retirer. En fin de journée, le 1er régiment polonais, atteint les rescapés de la force Worthington et parvient à les faire retrouver les lignes alliées, la force canadienne à perdu dans la journée 47 chars et 240 hommes. Les Polonais se retirent avec l'arrivée de la nuit. Le 10 août, le général Simonds relance la 4th division blindée sur le bois de Quesnay situé sur le chemin du Laison et doit subir le feu meurtrier des SS. Le bois de Quesnay restera allemand. De leurs côtés la 1ere Division Blindée polonaise et la 3rd Division d'infanterie canadienne sont parvenu à progresser au delà d'Estrées-la-Campagne et Soignolles en direction du Laison, mais le général Guy Simonds suspend l'opération Totalize, à seulement 12 kilomètres de Falaise.

  Les succès stratégiques de la première phase de l'offensive ont été importants, en privant l'ennemi déjà très affaiblis de 3 000 hommes difficilement remplaçables, mais les deux divisions blindées alliées ont enregistrées des pertes élevées. La ville de Falaise qui était le but final, ne fut pas atteinte, pour y parvenir le général Guy Simonds sera forcer de concevoir une autre opération (Tractable) lancée du 14 au 20 août 1944, la poche de Falaise ne sera refermée que le 21 août. Le général Rodney Keller commandant la 3rd division d'infanterie canadienne fut blessé par un tir ami au cours du bombardement des positions allemandes par l'USAAF. Ses blessures et certaines indiscrétions de sa part avant le débarquement, vont conduire ses supérieurs à le relever de son commandement. Les Allemands quant à eux, bousculés par les bombardements alliés et subissant de plus en plus la pression américaine venue de l'ouest se replient à proximité de Falaise.,

640px-Totalize_fr

Carte des opérations.

Guy_Simonds_e010778918-v8

Le lieutenant-général Guy Simonds concepteur de l'opération Totalize. (Library and Archives Canada)

ShermanII_M4A1_75_Dry_DD_8AB_Lar-1

Police militaire canadienne pendant Totalize. (amorama.com)

4edb_canadienne

Bren Carrier de la 4th DB canadienne. (france-histoire-esperance.com)

people_canada_kitching

Major-général George Kitching (4th DB canadienne) et lieutenant-général Guy Simonds (2nd Corps canadien). (junobeach.org)

The_1st_Polish_Armoured_Division_in_the_Normandy_Campaign_1944_B8826

Colonne de Sherman de la 1ere DB polonaise rassemblés pour l'offensive. (warthunder.com) 

be09ec0d-de11-462b-bcb4-fab4cb3552b0

Général Stanislaw Maczek, 1ere division blindée polonaise. (historum.com)

images

Kangaroos transportant des troupes. (51hd.co.uk)

Totalise88gun

Canon PAK 43/41 allemand, abandonné le 8 août. (Wilkes (Sgt) No 5 Army Film & Photographic Unit / Imperial War Museum)

220px-Operation_Totalize

Prisonnier allemand fouillé par un MP canadien en août 1944. (Library And Archives Canada)

germanpowscapturedinoperationtotalizearemarchedtotherear

Prisonniers allemands capturés pendant l'opération Totalize.

MichaelWittmann1

SS-Hauptsturmführer Michael Wittmann as des tankistes allemands tué le 8 août près de Cintheaux. (Bundesarchiv)

 

Wittmann_Tiger_007

Le char Tigre de Wittmann tourelle arrachée près de Cintheaux, tout l'équipage à périt. (Photo Serge Varin 1945)