Max Wünsche est né le 20 avril 1914 à Kittlitz dans le Schleswig-Holstein en Allemagne. Il fréquente l'école de Bautzen, puis en 1928 devient adhérant du Reichlandbund (Union agricole) tout en suivant des cours à l'école Marchande. Il entre dans les Jeunesses hitlériennes en 1932, puis rejoint les rangs de la Waffen-SS en 1933. Après cinq mois de présence et une formation dispensée à Jütborg, Wünsche décide de devenir officier et part pour l'école des cadres, la SS-Junkerschule, de Bad Tölz. Diplômé et promu sous-lieutenant en avril 1936, il rejoint la Leibstandarte Adolf Hitler en qualité de chef de peleton à la 9e Kompanie.

  Après un passage à la 17e Kompanie jusqu'au 1er octobre 1938, il est muté au Begleitkommando des Führers (escorte personnelle d'Adolf Hitler) en tant qu'officier d'ordonnance. En janvier 1940 Max Wünsche retrouve la Leibstandarte AH et sert comme chef de peleton de la 15e Kradschützen-Kompanie, sous le commandement de Kurt Meyer et participe aux campagnes de Hollande et de France. Au cours de l'opération Barbarossa (invasion de la Russie) Wünsche sera attaché au groupe d'Armée Sud et se distingue sur le front. Par la suite il va assurer le commandement de plusieurs unités dont les officiers dirigeants sont morts où blessés.

  En février 1942, il reçoit le commandement d'un bataillon de Sturmgeschütz (canons d'assaut) de la 1ere LSSAH et contribue à repousser les percées des armées russes qui tentent de franchir les lignes allemandes. Au mois de mars son bataillon placé en réserve près de la rivière Mius repousse encore une percée soviétique. En juin il rentre en Allemagne pour étudier au collège du personnel et termine avec succès le cours de formation d'état-major général , il est alors promu Sturmbannführer. Il retrouve la 1ere SS-PzDiv Leibstandarte Adolf Hitler en septembre 1942 et son ancienne unité avant d'avoir le commandement en octobre du Ier Bataillon du SS-PzRegt 1, avec lequel il combat à Kharkov. Le 13 février 1943, le bataillon de Kurt Meyer est encerclé par les Russes, Wünsche effectue une percée dans les lignes soviétiques et parvient à sauver l'autre bataillon de la destruction. Deux jours plus tard les deux unités forment un Kampfgruppe (groupe de combat) et battent la VIe de cavalerie de la garde russe. Le jour même Kharkov est déserté par l'Armée Rouge. Pour ses actions Max Wünsche est décoré de la Croix allemande en or. Il récidive à Jeremejwka le 25 février en menant de sa propre initiative une attaque sur une force ennemie qui approche le flanc de la 1ere SS-PzDiv. Il la contourne  et réussi à l'encercler détruisant 52 canons lourds et cause la perte de 900 combattants. Le 28 février il reçoit la Croix de Chevalier.

  En juin 1943, Max Wünsche est transféré en France dans une nouvelle division formée à partir de jeunes recrues provenant des Jeunesses hitlérienne, cette unité deviendra plus tard la 12e SS-PzDiv Hitlerjugend. Il hérite du commandement du 12e Panzer Regiment. La division est engagée pour la première fois le 7 juin 1944 sur le front normand dans le secteur de Caen et Wünsche à été crédité de la destruction de 219 chars ennemis jusqu'au début juillet, ce qui lui vaut l'obtention des Feuilles de Chêne à sa Croix de Chevalier décernées le 11 août 1944. Quelques jours plus tard la 12e SS est prise au piège encerclée dans la poche de Falaise. Dans la nuit du 20 août Max Wünsche avec l'Hauptsturmführer Isecke, l'Untersturmführer Fritz Freitag et un medecin blessé tentent de s'échapper à pieds de la poche. Il rencontrent bientôt un avant-poste ennemi où le medecin est capturé, Max Wünsche est blessé au mollet. Le 24 août c'est Isecke qui est capturé, bientôt suivis de Wünsche et Freitag.

  Il passe le reste de la guerre dans le camp de prisonnier 165 à Caithness en Ecosse qui détenait des officiers de haut rang. Max Wünsche libéré en 1948, retourne en Allemagne et épousera sa fiancée Ingeborg qui lui donnera cinq fils. Il travailla jusquà sa retraite en 1980 au poste de gestionnaire d'une installation industrielle à Wuppertal en Rhénanie du Nord-Westphalie. Il meurt trois jours avant son 81e anniversaire le 17 avril 1995.

stabswache de euros

Max Wünsche sur front de l'Est en 1943. (Bundesrachiv).

max wunsche

L'officier entre Hitler et Göring du temps ou il faisait partie de la Leibstandarte Adolf Hitler qui assurait la garde rapprochée du leader nazi. (Bundesarchiv).

Max Wunsche image

Wünsche au poste de chef de char en Normandie. (Bundesarchiv).

max_wunsche_mit_hitlerjugend_by_babq-d354gf4

Dans le secteur de Rots le 9 juin, Max Wünsche blessé à la tête est venu rendre visite à un groupe de grenadiers de la 12e SS-PzDiv Hitlerjugend. L'officier dans le side car s'appelle Rudolf von Ribentropp qui n'est autre que le propre fils du ministre des affaires étrangère du IIIe Reich Joachim von Ribentropp condamné à mort à l'issue du procès de Nuremberg et éxécuté  en 1946. (Bundesarchiv).

ardenn11

En juin 1944, de gauche à droite Max Wünsche, Fritz Witt commandant la division et Kurt Meyer étudient une carte de la plaine de Caen dans le QG de Meyer situé dans l'Abbaye d'Ardennes. Quelques jours plus tard, après la prise de cette photo, Fritz Witt sera tué le 14 juin dans le bombardement de la Navy de son QG à Vernoix, dans un quartier de Caen. (Bundesarchiv).

mw

L'ancien officier dans les années 1990.