En novembre 1943, dans son quartier général, Adolf Hitler signe l'ordre pour la création d'une nouvelle division SS, qui recevra le numéro 17, et son patronyme provient d'un chevalier allemand du XVIe siècle "Götz von Berlichingen" surnommé aussi "Main de fer". La ville de Stuttgart sera sa marraine. Formée en France au Sud de la Loire, l'Obersturmbannführer Otto Binge assura tout d'abord le commandement provisoire, avant que l'Oberführer    Werner Ostendorff ne le remplace. Son poste de commandement sera établit à Thouars. Elle possède deux régiments d'infanterie le 37 et 38, sous les ordres de l'Oberstbannführer Fick et le Sturmbannführer Horstmann, Otto Binge recevra le commandement du régiment d'artillerie et l'Hauptsturmführer Holzapfel celui du groupe de reconnaissance. Opérationnelle en mai 1944, elle souffre néanmoins d'un manque de cadres et de matériels. Lors d'un discours du Reichführer SS Heinrich Himmler accompagné de l'Oberstgruppenführer Josef Dietrich, plus connu sous le surnom de "Sepp-Dietrich", la 17e division SS reçoit son brassard. Himmler exhorte les soldats insistant sur la tâche qui leur sera confiée.

  Le 6 juin, la division fait mouvement pour rejoindre le front normand, mais la supériotité aérienne alliée ralentit fortement son avancement, elle    arrive à destination que le 9 juin. La 17e division est alors engagée aux côtés du 6e bataillon de parachutistes du baron von der Heydte, dans le secteur de Carentan, face aux Aigles hurlants de la 101e division aéroportée américaine. Après d'âpres combats, sans parvenir à repousser les Américains à la mer, la division se retire de la ville le 13 juin. Deux jours plus tard Otto Binge remplace Ostendorff, griévement blessé, suite à un accrochage avec des éléments américains, alors qu'il effectuait une tournée d'inspection sur la ligne de front. Quelques jours plus tard c'est un ancien de la 3e Panzerdivision SS Totenkopf, le Standartenführer Otto Baum, qui reprend le commandement, et Binge retrouve la tête de son régiment d'artillerie La division se retrouvera une nouvelle fois au feu, dans le secteur de Saint-Lô, essayant de contrer l'avance des troupes américaines, dans des combats extrêmements meutriers pour les deux camps. La plupart de son matériel blindé est détruit, et une compagnie école est créeé pour pallier le manque cruel de sous officiers. cette  dernière devra servir de force rapide d'intervention, équipée du reste des véhicules blindés, sous les ordres de l'Hauptsturmführer Bruno Hinz qui avait servit sur le front Est avec la 5e Panzerdivision SS Wiking, avant de se retrouver à la tête du IIIe bataillon du 38e régiment d'infanterie de la 17e Götz von Berlichingen.

  Souffrant de pertes considérable, la 17e division sera regroupée en vue de l'opération Lüttich, dans la région de Mortain pour couper la presqu'île du Cotentin en deux et isoler l'armée de Patton qui se dirige vers la Bretagne. Mais une fois de plus l'opération (mise au point par Adolf Hitler en personne) est un désastre, les Allemands n'ayant toujours pas la maîtrise du ciel, et les division allemandes engagées se retrouveront encerclées dans la poche de Falaise y laissant beaucoup de son potentiel offenssif, malgrè la fuite de bon nombres de SS qui échappent à l'encerclement. La 17e SS Panzergrenadier Götz von Berlichingen, se retire à l'Est, menant des combats d'arrière garde. principalement effectués par la compagnie de Hinz. La division sera alors engagée dans des combats meutriers dans la région de Metz pendant tout le mois de septembre 1944. Après la bataille des Ardennes, la 17e division se  retrouve engagée dans l'opération "Nordwind" du 1er au 25 janvier 1945, en Alsace, mais elle se soldera par une défaîte. Les restes de la Götz von Berlichingen se replient alors derrière la Ligne  Siegfreid, luttant pour la défense de la Sarre. Au mois d'avril 1945, la division qui à battu en retraite est affectée à la défense de la ville de Nuremberg. Après de rudes combats, elle se rend  aux Américains le 8 mai. Très fortement dininuée par presque un an de combats meutriers depuis la Normandie, les forces de la 17e division n'existent plus que sur le papier.

 

                              OSTEND~1

Werner Ostendorff commandant la division. En mars 1945 il assure le commandement de la 2e division SS-Das-Reich, grièvement blessé à Szekesfehervar en Hongrie, il meurt de ses blessures le 1er mai 1945 à Bad Aussee (Autriche) dans un hôpital militaire. (Bundesarchiv).

                                               Baumotto1

     Otto Baum du 18 juin au 1er août 1944, il remplace provisoirement Werner Ostendorff blessé. (Bundesarchiv).

bruno_hinz

 Hauptsturmführer (capitaine) Bruno Hinz commandant du IIIe bataillon du 38e régiment de la division. (Bundesarchiv)

                                                     Otto%20Binge

           Otto Binge commandant le régiment d'artillerie divisionnaire. (Bundesarchiv).

                                         Holzapfel, Karl-Heinz - Major

     Karl-Heinz Holzapfel commandant le groupe de reconnaissance. (Bundesarchiv).

 

                         homepage

              Ecusson de la 17e SS-Panzer-Grenadier-Division "Gotz von Berlichingen".

 

                    cuff-wss-gotz2

                                          Brassard divisionnaire.

 

      clip4hu9

Durant les combats de Saint-Lô, les deux camps souffrent de pertes considérables. Un fantassin américain est venu examiner le cadavre d'un grenadier de la 17e division gisant dans un fossé.

 

                                   1

Probablement après les combats pour Sain-Lô, un MP américain fouille un officier capturé de la "Gotz von Berlichingen".