En ce mois de juin, les Américains doivent impérativement joindre les forces débarquées sur Utah avec celles d'Omaha Beach, pour ce faire il faut qu'ils s'emparent de Carentan, qui est un carrefour important de diverses routes stratégiques. Le 8 juin, les parachutistes de la 101st division sont entrés dans Saint-Côme du Mont, au Nord-Est, les communes de Brévands, Catz et Saint-Pellerin sont libérées le 10. La pression sur Carentan se fait de plus en plus forte, mais elle sera défendue par une troupe d'élite le 6e régiment parachutiste du major Frédérich von der Heydte. La ville à déjà beaucoup souffert des bombardements, au matin du 6 juin, qui avaient pour but de détruire la voie ferrée et les ponts sur la RN 13. Quelques bombes ont touchées certaines maisons et des morts seront dégagés des décombres. Le 9 juin l'artillerie de la 101st division américaine déclenche un tir de barrage sur les quartiers du Haut Dick, du port et de l'église, les canons    ennemis stationnés à Rougeval répondent, mais heureusement aucune victimes civil n'est à déplorer, les gens se réfugient dans leurs caves. Dans la nuit le colonel Howard Johnson du 501st PIR de la 101st division, conduit ses hommes,  qui viennent d'être relevés de l'écluse de la Barquette, position qu'ils occupaient depuis le 6 juin, jusqu'aux ponts sur la Douves à seulement 2 kilomètres de Carentan c'est une position-clé pour les Américains. Le seul accès à la ville était la RN 13 dont la chaussée dominait les marais inondés, qui n'offraient aucune protection, il y avait 4 ponts à franchir. Avec l'aide de l'artillerie les Aigles hurlants vont réussir à passer.

  Le 10 juin la ville est de nouveau sous un violent tir de barrage et des fusillades se rapprochent notament depuis Saint-Hilaire et Saint-Côme du Mont. Le même jour les troupes des 327th et 401st régiments  aéroplanés (Gliders), franchissent le chenal à Brévands faiblement défendu, puis la passerelle sur la Taute à Saint-Hilaire reconstruite avec les moyens du    bord. Le lendemain l'artillerie américaine se déchaîne. Le clocher et le choeur de l'église sont atteints, tandis que l'usine Gloria est la proie des des flammes, ainsi que des maisons rue de Houlegate. Le matin du 11 juin, les combats s'intensifient aux portes de la cité, le but est de rejoindre la colline 30, située au Sud de la ferme de la Billonerie et d'établir la jonction    avec les troupes qui la contourne par Saint-Hilaire-Petite-Ville au Nord-Est. La ferme Ingouf, seule habitation à la droite du marais de Pommenauque, va devenir un objectif majeur pour les  Américains. Les Allemands y ont installé de solides défences et malgré l'acharnement de l'artillerie de la 101st Airborne sur le secteur, les parachutistes allemands semblent déterminé à tenir. Les hommes du lieutenant-colonel Robert G. Cole du 3e bat/ 502nd PIR de la 101th division se trouvent dans un carré de choux à hautes tiges, près de la batisse et sont cloués au sol par le feu des Allemands. Vers 6h15, après un tir d'artillerie américaine, accompagné de fumigènes, le lieutenant-colonel Cole décide d'en finir et ordonne une charge à la baïonette sur la position allemande. Le commandant Stopka conduit la ruée à la tête de ses hommes, qui enlèvent la position abandonnée par l'ennemi pour se conforter plus à l'Ouest. Mais le répit sera bref, et de violents combats vont se dérouler  laissant de nombreux morts et blessés sur le terrain. A midi, une trève s'instaure à la demande de l'état-major de la 101st division. Profitant de ce répit les deux camps  enlèvent leurs bléssés et leurs morts du champ de bataille. Puis les combats reprennent.

Totalement épuisé par ces violents combats le 502nd qui à subit de lourdes pertes et relevé par les hommes du 506e PIR , restés en arrière à  Saint-Côme du Mont. Pour son action à la ferme Ingouf, le lieutenant-colonel Cole se verra proposé pour l'obtention de la Medal Of Honor, hélas il sera tué quelques mois plus tard avant de la recevoir.
    Le 506th régiment, va alors pousser jusqu'à la ligne de chemin de fer de Carteret, gagner la route d'Auvers, puis celle de Periers pour enfin arriver à la Billonerie où ils rejoingnent les hommes  du 501st régiment de Johnson. A l'aube du 12 juin, de grandes concentrations de troupes convergent vers Carentan, désertée par les Allemands durant la nuit. Le général Taylor et le colonel Harper  entrent dans la ville. Le front va alors se stabiliser pendant de nombreuses semaines dans ce secteur sans cesse harcelé par l'artillerie allemande. Les parachutistes américains, ont depuis les violents combats pour    Carentan surnomés les hommes du 6e régiment parachutiste du colonel von der Heydte, "les lions de Carentan" en raison de la combativité dont ils ont fait preuve.

 

              secteur-Carentan

Les combats dans le secteur de Carentan, seront meurtriers pour les deux camps. Le Père Francis Samson aumonier de la 101st Airborne Division bénie les corps des parachutistes américains tombés lors de ces combats. Ils seront premièrement inhumés  dans un cimetière provisoire à Sainte-Mère-Eglise. (US Signal Corps).

 

                 Paras-morts

A la fin des combats des  civils chargent les corps de parachutistes allemands qui seront acheminés dans des cimetières provisoires. Les hommes du 6e Regiment du colonel von der Heydte ont âprement défendu, les abords de Carentan, pour tenter d'arrêter la progression de leurs homologues américains, mais malgrè le soutien de la 17e SS-PzDiv "Gotz von Berlichingen", la ville est tombée. La détermination au combat dont à fait preuve ces hommes à toujours forcer le respect de leurs adversaires qui depuis ces affrontements les ont surnommés "Les Lions de Carentan". (US Signal Corps).

 

                              Ltco-Robert-Cole-101e-AD

Le lieutenant-Robert G. Cole du 3rd Bn/502nd PIR, sera inscrit pour l'obtention de la Medal of Honor ( la plus haute distinction de l'armée américaine) pour son action à la ferme Ingouf le 11 juin. Il ne la portera jamais, trois mois après il est tué par un sniper allemand le premier jour de l'opération Market Garden en Hollande. Sa médaille lui fut décernée à titre posthume.

 

                 DMC1

Ce char Stuart à été détruit à la jonction des routes de Saint-Côme du Mont et de Carentan. Le blindé a brûlé de l'intérieur et tous les membres de l'équipage ont péris , pendant plusieurs jours le corps du chef de char restera pendu contre le flanc de la tourelle. Les Américains nomment depuis ce jour l'endroit " Dead's Man Corner" il se situe près du mussée du même nom.

 

              Howard-Johnson

Le colonel Howard R. Johnson commandant le 501st PIR de la 101st Airborne Division. Pendant les premières heures du débarquement, malgrè la dispersion de son régiment il parvient à rameuter un groupe de ses hommes pour s'emparer l'écluse de la Barquette. Le 8 octobre 1944, il est gravement blessé par un éclat d'obus à l'estomac, transporté d'urgence dans une antenne médicale par le lieutenant-colonel Julian Ewell et quelques hommes, les medecins savaient qu'il ne pourrait pas en réchapper. Juste avant de succomber il gémit à l'adresse du lieutenant-colonel Ewell : << Prends soins de mes garçons >>. Très apprécié de ses troupes, le colonel Johnson à toujours été à leurs côtés pour monter l'exemple.